Les étapes pour tester l’état du moteur d’une voiture d’occasion

Acheter un véhicule d’occasion demande une grande réflexion et des vigilances. D’ailleurs, l’acheteur doit réaliser plusieurs vérifications, pour faire le bon choix et acheter une voiture de bonne occasion. Parmi les points à vérifier lors de l’achat d’une voiture d’occasion, le moteur se trouve en tête de position. D’où la question : comment tester un moteur d’une voiture d’occasion ? Éléments de réponse.

La vérification des fumées de la voiture

Avant d’acheter une voiture d’occasion pas chers belgique, l’acheteur doit vérifier les fumées de la voiture. L’idée est de vérifier les fumées s’échappant à l’arrière au moment du démarrage du véhicule. À noter que la quantité des fumées au démarrage est un signe de souci mécanique. Une fumée noire indique souvent un souci relié à la carburation, alors qu’une fumée bleue est synonyme de surconsommation d’huile dans le moteur.

Dans le cas d’une fumée blanche, l’acheteur doit vérifier sa persistance. En règle générale, cela indique le passage de l’eau par les cylindres. Les fumées blanches arrivent lors du démarrage de la voiture en hiver, quand il est encore froid. Toutefois, si elles persistent, ce n’est jamais un bon signe, car elles sont causées par l’altération du joint de culasse.

L’inspection de la batterie et des durits

Avant l’achat d’un véhicule d’occasion, n’oubliez pas de prendre le temps d’inspecter le branchement de la batterie. Des traces poudreuses blanchâtres signifient le manque d’entretien auprès de son ancien propriétaire et causeront sans doute des problèmes pendant le démarrage, en raison d’une baisse d’intensité.

Ayez aussi le réflexe d’observer les durits dans le moteur. Pour rappel, les durits sont des gaines en caoutchouc, qui ont comme rôle de faire circuler les liquides à l’intérieur du moteur. Fuyez les voitures qui ont un état de fuites ou de coulures. 

L’observation des fuites d’huiles

Acheter une voiture à un particulier demande davantage de travail de la part de l’acheteur. En effet, il faut également examiner les fuites d’huiles sous le moteur. Bien évidemment, seul un mécanicien peut connaître la cause de ces fuites d’huiles et identifier son importance. Ainsi, si vous êtes dans le doute, le mieux est de ne pas acheter la voiture, au risque d’avoir de mauvaises surprises. D’ailleurs, la prévention est le meilleur remède ! Ce conseil est également applicable dans le cas de l’existence des odeurs d’huile brûlée.

L’examen des dessous de la voiture

L’objectif premier du vendeur est de vendre vite sa voiture. Dans cette optique, il astique souvent la carrosserie et nettoie également le moteur, dans le but de faciliter la procédure de vente. Toutefois, rares sont les vendeurs qui arrivent à astiquer les parties basses du véhicule et le châssis. Ainsi, lors de votre vérification, ne minimisez pas les traces inquiétantes sur le moteur. Bien évidemment, les zones de cambouis et les poussières sont normales, mais examinez attentivement les gouttes qui se forment sur un radiateur, une articulation ou un axe. Prenez également le temps d’examiner les taches qui se trouvent sur les zones fragiles du moteur, telles que le joint de culasse, carter d’huile, etc.